Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



dimanche 14 mai 2017

Tu vas pas me faire croire que…

Si.
Me voilà sur la petite route pentue qui longe le mur du clos des Maréchaudes. Nous sommes au pied de la colline de Corton, juste au-dessus des premières maisons du village d’Aloxe-Corton. Ce clos des Maréchaudes fait partie du portefeuille de vignes du Domaine du Pavillon, propriété historique de la maison de négoce Albert Bichot, à Beaune. C’est un monopole, comprendre que la maison est seule propriétaire de l’intégralité du clos.
L’endroit a une particularité assez difficile à cerner et, je crois, pas très répandue. Une complication très bourguignonne.
La partie haute est classée en corton grand cru, la partie basse est en premier cru aloxe-corton. À l’œil nu, la différence entre ces deux qualités est à peine perceptible. Il n’y a pas de sentier qui sépare les vignes de l’une et de l’autre appellation, pas de muret, tout juste un léger renflement de la pente, vraiment pas grand’chose. Et on peut comprendre que des esprits cartésiens ne veuillent pas y croire et rigolent doucement. En fait, comme souvent, tout se passe en sous-sol et ceci explique cela.
Au nez et en bouche, la différence est majeure, immédiatement ressentie. Le corton est soyeux, profond, délicat. L’aloxe-corton ne fait pas mauvaise figure, mais ce n’est pas pareil. On dira qu’il est expressif et généreux, mais la race est en corton. Il s’agit là du millésime 2014.




Rappelons que corton désigne un vin rouge et corton-charlemagne, un vin blanc.


8 commentaires:

  1. Bonjour,

    Merci de votre article mais l'appellation corton existe aussi... en blanc !;)
    Vincent Regnouf

    RépondreSupprimer
  2. Là, vous pinaillez sévère. Des cortons blancs, à part en corton-charlemagne, il y en a très peu. Quelques-uns embouteillent du corton-les languettes, carrément rare, d'autres du corton-vergennes, pas beaucoup non plus.
    Donc, pour faire simple, 99,99 % des cortons sont rouges.
    Merci de votre commentaire.

    RépondreSupprimer
  3. Mais il faut savoir chipoter de temps en temps ! Ainsi du pinot beurot : tu nous fais une leçon sur la chose ? Qui en fait ? Origine ? Style ?
    On aime ces choses si particulières qui font le charme de la Bourgogne.
    Tu es quand même du style,quand sur dix personnes neuf partagent le même avis, d'étudier bien plus le point de vue du dixième :-)
    Au jeu des mille euros, Vincent Regnouf te mettrait la pilée :-)

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    nullement question de polémiquer, juste envie d'écrire, qu'il m'est toujours agréable de lire, que tant de diversité et particularités bourguignonnes, qu'il est parfois assez facile de comprendre sur le terrain, et qui franchement, n'émanent pas d'un quelconque fantasme, permettent de générer autant de passion, tout en conservant la pluralité des goûts et sentiments, grâce aux climats, pieds de vigne, vignerons et ressentis des dégustateurs.
    Le Clos des Maréchaudes est un exemple très marquant, pour démontrer que très forte proximité peut "rimer" avec différence, et ce par l'addition de nuances - inclinaison de la pente, profondeur de sol avant la roche (si particulière de type Corton), proportion d'argile...- indépendamment du travail de vigneron et vinificateur.
    Pour ce qui est des "Corton blanc", seule une faible surface de la colline de Corton peut revendiquer cette appellation et se situe majoritairement dans la partie supérieure de la colline (ne pas négliger l'influence de l'altitude, qui même si elle se chiffre en quelques mètres, fait partie des différences et subtilités des climats bourguignons).
    Les "Corton Languettes" font partis des quelques climats de cette colline, où Pinot Noir et Chardonnay peuvent se côtoyer, mais qui ne pourront se revendiquer ainsi que si plantés en Pinot Noir, appellation "Corton Charlemagne" si Chardonnay.
    Quant au "Beurot", à priori appelé pinot gris dans d'autres régions, ils subsistent quelques "carrés" de vigne, et pas seulement dans les environs d'Aloxe, pour lesquels ce cépage est majoritaire voire exclusif. Il est toutefois plus fréquent de le rencontrer, au hasard de quelques rangs de vigne, disséminé au milieu de Chardonnay ou Pinot Noir, (comme on peut trouver également des pieds de Melon au sein d'Aligoté par exemple).
    Il est alors souvent nécessaire d'expliquer, au vendangeur ou trieur, que cette teinte de peau à teinte grisâtre dominante, ne doit pas être confondue avec des raisins rouges à maturité insuffisante. A date de récolte équivalente, son potentiel de sucrosité et puissance est généralement supérieur aux autres cépages.
    Aussi les vins blancs qu'il peut être amené à produire, peuvent être à la fois appréciés et mis en avant par des valeurs de puissance et singularisme (notamment historique) à juste titre, ou bien être comparés au Chardonnay à potentiel plus complexe souvent reconnu.
    CChauvel.

    RépondreSupprimer
  5. Merci à Christophe Chauvel pour ce commentaire documenté qui fournit également une manière de réponse à mon ami François. Tout le monde à l'air content, non ?

    RépondreSupprimer
  6. Peut pas savoir comme ce commentaire "makes my day" !

    :-)

    RépondreSupprimer
  7. Ah oui très content car j'ai appris beaucoup ;)
    D'accord je pinaille mais il le faut sinon point d'échanges et de débat et surtout d'enseignement...

    RépondreSupprimer